[MATOS] Comportement entre cambre classique et inversé

Bonjour à tous.

Je me demande si il y a beaucoup de différences entre une board en cambre classique et une autre en Flying V/EC2 etc etc

On lit un peu partout que plus d’accroche et de pop pour le cambre classique et plus de tolérance et facilité en pow mais aussi instabilité en recep.

Est ce si flagrant que cela? (Me laissant tenter par toutes ces évolutions des dernières années, cela fait bien longtemps que je n’ai pas ridé un cambre classique).
Ou bien est ce infime? Ou ça a été histoire de créer « l’envie d’achat » comme ds bcp de milieux…?

Mon interrogation vient de fait que j’ai remarqué que la majorité des riders pro sont en cambre classique.

Alors après j’ai bien conscience que le rider pro n’a pas les mêmes exigences qu’un rider lambda…

Quel est votre avis là dessus?

Je vais essayer d’en capter une à essayer en classique mais en attendant…

les cambres inversés (de toutes sortes) sont + joueurs à basse vitesse, pour ça que ça plait à une majorité de riders lambdas comme nous
mais dès que tu envoies du très gros, autant revenir sur du cambre classique, l’accroche et la précision sont bien meilleures

j’ai deux planches une cambre classique et l’autre cambre plat

si tu fais des rotations flat, ou en park sur les réceptions beaucoup moins de fautes de carres avec le cambre plat et elle est plus joueuse, le cambre classique te sanction à la moindre erreur de réception.

Le cambre n’est pas le seul facteur, du coup, on pourra toujours trouver une board « sévère » en cambre inversé et une board facile en cambre standard.

Par contre pour des modèles semblables sur les autres paramètres (sidecut, flex, etc), la différence de comportement peut être très importante, et va généralement dans le sens décrit : en cambre inversé on a une board qui est plus pivotante, pardonne plus les erreurs et déjauge plus en poudreuse, mais par contre est moins incisive en déclenchement, a une accroche moins franche, moins de pop et est moins adaptée à une conduite en torsion.

Par contre, il faut tenir compte de ce que j’ai commencé par dire : même en gardant le même cambre, tu peux avoir des boards avec des comportements très différents. C’est donc vraiment des remarques très générales à prendre avec du recul.

Dans le schéma donné par blackhawk, il manque une variante importante. Voici une liste qui l’inclut :

Notez qu’on peut à chaque fois varier l’amplitude de chaque segment, mettre plus ou moins de plat dans les transitions, etc. Ca reste de toute manière quelque chose de très riche.

100% d’accord avec Lucc.
D’ailleurs, la board la plus pivotante que j’ai eu l’occasion d’essayer, c’est une Nitro MFM de 2006 (donc cambre classique). Je devrais plutôt dire la plus réactive en pivotement, parce que tu bouges un orteil et ça pivote ce machin. S’en est même génant dans certaines situations.
Quand à la plus tolérante aux fautes de carres, sans hésiter, la Salomon Sabotage (techniquement un cambre classique, même si en réalité seul le centre est légèrement cambré, le reste étant plat). Le seul moyen que j’ai trouvé pour faire une faute de carre avec ça (et encore, ça marche pas à tous les coups ), c’est de faire un gros ollie, genre puissance maxi ou appuyé sur un relief, avec réception directement en nose slide (pas dans l’axe, mais bien avec la board à 90° du sens du mouvement) à haute vitesse. Là oui, ça veut bien faire des fautes de carre de temps en temps.
Tout ça pour dire que oui, il y a d’autres facteurs, mais aussi que dans chaque famille, il y a des variantes d’amplitude de cambre ou de rocker et aussi de position. Ranger les boards dans de petites cases en fonction de leur profil, c’est un peu restrictif.

Ok ok.
Je regardais du côté de la Burton Street Sweeper qui est le pro modèle de Jeremy Jones (en cambre classique donc), c’est pour ça. …
La board ici