[REPORT] [STATION - RANDO] Pot pas pourri de l'hiver dans le 06/04

Hello,

Je n’ai pas été très actif cette année sur le forum, alors voici quelques histoires qui se sont déroulées dans les Alpes du sud, autour des Alpes maritimes.

La Foux d’Allos

Fin janvier, après de belles chutes de neiges, la station de la foux d’Allos nous offre notre premier gros gavage.
Le télésiège du pouret à ouvert le matin même et nous offre le valon de Seregnier !


On est pas les premiers à passer mais y’a encore de quoi se pignoler

Finalement on trouve l’endroit trop tracé, alors on décide d’aller chercher le secret spot.

Un peu de snow art

Puis de la cascade de glace… à l’envers

Full Moon de Février

Nous n’avons pas fait de photos de celle de janvier, bien dommage, les conditions étaient tout simplement extraordinnaires : ciel limpide, 10/20 cm de neige fraiche sur une belle sous-couche, pas un pet de vent et toujours les bons potes présent !
Celle de février à été perturbée par un petit voile nuageux qui c’est installé au moment de descendre mais ça n’a pas gacher grand chose. Ce sont des moments d’une grande rareté à savourer, les conditions sont rarement toutes réunies


Le Tour du Grand Coyet

Celle-ci je l’ai encore dans les jambes et sur la face (oubli de la crème solaire )
On est parti à 5 pour un tour d’une douzaine de kilomètre : Un skieur (surfeur qui veut plus porter sa planche), et quatre surfeurs dont un split.
ça commence par l’ascension du Courradour en pente douce dans une grosse couche de neige de printemps, on tombe vite les blousons, les pulls, et même le teeshirt pour certain.
Au fond la forêt magique de mélèze de nos sorties full moon

sommet du Courradour

Le refuge est en vue avec un téléobjectif

Il reste à trouver un endroit pour descendre la crète du Courradour

Ce mini couloir fera l’affaire, Guigui est passé plus bas en ski, il a pas peur de pousser

Première petite descente avant de rejoindre la bergerie

encore un peu de marche sur du presque plat avant de pouvoir ce détendre un peu, mais il faudra casser un peu de glace avant de pouvoir ouvrir la porte


Enfin, on peut s’installer… bergerie tout confort, panneaux solaire pour la lumière, gazinière, poêle a bois (avec stock de bois), matelas… Il faudra juste faire dégeler la bouteille de butane au soleil sur la terrasse.
Pendant que Guigui ne peut contenir son envi de spéléo

On arrive du sommet au fond (Courradour)

C’est l’heure de ce mettre à table, le sauté de porc aux petits légumes sauce au vin dégèle tranquillement sur le poele… miam

To be continued…

Super report, merci de partager!

La vache, tu viens pas souvent, mais à chaque fois ça fait rêver.

joli !

superbe !!!

Apparemment je ne peux plus éditer le post d’origine pour terminer mon histoire ?
Si ça vous à plu, voilà la suite…


Après un bon repas, suivi d’une grasse matinée, on va attaquer les choses sérieuses. persuadé qu’on serait réveillé de bonne heure par le confort spartiate, on à pas mis de réveil… Erreur, on s’est réveillé aux alentours de 9h
L’objectif parait loin mais la carte IGN nous indique 650 m de dénive et environ 4 km de distance. On ne prend que l’essentiel dans les sacs, APS, crampons, eau, on se sent bien plus léger.
Arrivée au premier mamelon, déjà 300 m de fait.

C’est ma première grosse sortie avec le split, je suis vraiment pas à l’aise dans les devers un peu dur/crouteux. J’ai mis les couteaux dès le départ et je m’en félicite. seul bémole, impossible de mettre les cales sinon les couteaux n’accrochent pas
Arrivé au pied du dernier mur, nous faisons un constat désagréable : les crampons de loc ne sont pas adapté à des boot de snow
Deux solutions:

  • monter a pied dans les pierres dépoilées avec le split sur le dos… l’effort va être sévère
  • abandonner le sommet et passer par le col, c’est raide aussi mais le seul risque est de débarouller 50 m sur le cul jusqu’en bas du vallon.
    Chris et Orel choisissent la deuxieme option, Guigui, Rico et moi-même optons pour la première
    J’avoue en avoir bavé sur la dernière pente, elle etait raide et dure (comme Rocco). Etant un peu à la traine, je n’ai pas d’images de cette étape, ma concentration était ailleurs.
    Guigui nous à fait un bel article sur son blog qui mérite le détoure
    Enfin, nous nous retrouvons au sommet à trois, le temps de convertir le split, d’admirer la vue et de faire une photo. Il faut rejoindre les autres.

    L’itinéraire prévoit un couloir assez large et pas si raide, le BNA du jour indique un risque limité niveau 2, possibilité de départ en surpoid sur des accumulations en expo Nord.
    Le haut est dur/crouté, pas de signes avant coureur de danger excessif.
    Rico part en premier et s’arrête une quarantaine de mètre plus bas.
    au tour de Guigui qui reste sur le coté gauche et s’arrête entre Rico et moi pour faire ces deux photos


    Et là… premier avertissement, a mon deuxième virage, la sangle de réglage de ma fixe avant saute (l’opposé du coté serrage) et je chute juste au dessus des quatre pierres apparentes… groooosse chaleur
    Les copains ont peur que je sois contraint de manger de la soupe, par miracle, pas de bobo et j’arrive à me stoppé au niveau de Guigui une dizaine de mètre plus bas… je me voyais dévaler jusqu’en bas
    Rassuré, Rico repart et re-avertissement, une plaque part sous ses pieds, et l’emporte sur une centaine de mètres.
    Nous ne le lachons pas des yeux, il arrive à se maintenir en surface en battant des bras, et reste dans le sens de la descente.
    La coulée s’arrête au bout d’une dizaines de secondes qui paraissent interminables. Aussitot arrêté, il se relève et va se mettre à l’abri en tirant droit jusqu’en bas par le coté gauche.
    Deux sales plan en moins de 5 minutes.
    Vu d’en haut, on perd pas notre sang froid, on est tous équipé d’APS, pas d’arbres ou de barre rocheuses en dessous, je me dis que si il disparait sous la neige, on ne devrait pas mettre longtemps à le retrouver, mais ça gamberge sévère. (encore maintenant)
    .
    .
    .
    Les potes qui sont resté au col voient tout de loin, j’imagine leur inquiétude !
    Bon c’était la séquence émotions, place à quelques images


    maintenant, il faut rejoindre le col ou nous sommes attendu

    puis franchir ce valon pour rejoindre la cabane

    restera un magnifique vallon vierge ou nous poserons nos signatures

    à droite l’aller, à gauche le retour

    enfin remonter le Courradour en laissant derrière nous des images et des emotions

    , et descendre jusqu’au voitures

Voilà un trip que nous ne sommes pas prêt d’oublier, a aucun moment je n’ai eu l’impression de prendre des risques démesuré, maintenant, je suis conscient et l’ai toujours été que la montagne est plus forte que moi. Surtout dans ce genre d’endroit ou nous étions loin de tout, le fait de s’y rendre est une prise de risque, nous avons croisé un randonneur en 48 heures. Une simple entorse pourrait être lourde de conséquences.
Je médite, et ma signature comme mon pseudo n’ont rien a voir avec ma personnalité

Hum dans le sud, on n’a pas gaspillé

Y avait de la distance, pas mal de portage, c’est mieux en split…

ça fait du bien de voyager comme ça, merci pour le report !

ouaip, chapeau aux raqetteurs, ils y ont laissé des calories.

Topissime, faudrait que je me raccroche à vous pour votre prochain trip !

Superbes images !