[REPORT RANDO] Plan loose au Grand Rocher

Bon, je suis plutôt un habitué des coups de poker météo. Des fois ça marche, des fois pas.
Donc ce dimanche, mon club avait prévu une collective aux Rochers du Baconnet (au passage, topo présent dans la section topo depuis qu’on l’a fait avec Rico). Sauf que la météo et les retours d’infos du Vercors laissaient peu d’espoir sur la faisabilité du truc. Donc Thomas le gentil organisateur demande si quelqu’un a un plan B. Pluie le samedi soir qui est sensée se transformer en neige dès 1300-1400 en fin de nuit avec des quantités assez importantes sur Nord Belledonne et des éclaircies l’après-midi d’après le BRA Isère, voilà qui ressemble à des conditions pouvant se transformer en coup de poker gagnant au grand rocher, qui par ailleurs a été parcourru et jugé vaguement skiable avec quelques touchettes en bas deux jours plus tôt. Plan B validé donc.
Par contre, seul Thomas et moi-même y croyons assez pour décider de maintenir la sortie sur ce nouvel itinéraire, que pour mémoire j’ai déjà parcourru 2 fois en conditions assez moyennes mais funs quand même.
Arrivés au parking vers 9h, petite déception: il bruine, même si je crois entre-appercevoir un flocon de temps à autre. Pas grâve qu’on se dit, ça doit neiger à Pierre Roubet et de toute façon les 100 premiers mètres sont chiants, alors portage ou ride chiant, ça fait pas une grosse différence.
Sur le chemin de Pierre Roubet, on constate qu’il y aura forcément un peu de portage . A Pierre Roubet, la couche semble suffisante pour être ridée, même si la neige est collante. La combe verneuse idem. On croise un skieur (à pied) qui nous dit que c’est quand même pas top même en haut, mais qui confirme qu’il neige (oui parce qu’en fait à Pierre Roubet c’est encore de la flotte).
On se rassure comme on peut: en snow c’est pas pareil qu’en ski, même pas peur.
Arrivés dans le cirque, joie, nous sommes effectivement sous les flocons. Ca fait du bien au moral, mais la neige est toujours collante sous les raquettes.
En montant, c’est toujours un peu collant, mais ça s’enfonce sous les raquettes, nous laissant espérer une poudreuse lourde à peu près ridable à défaut d’être grandiose. Du coup, go pour le vrai sommet au lieu de l’antécime, avec la ferme intention de rider un bout de la pente Ouest avant de remonter vers le replat du petit lac.
Pour ce qui est de la vue, obligé de faire le descriptif à Thomas parce que bon, faut un peu d’imagination aujourd’hui:

On commence la descente dans une neige pas top, mais au moins ridable en haut:

Après quatres virages, je mets le premier tête-pied, et je me rassure aussitôt en me disant que ça doit être le manque de pratique depuis quelques mois, que j’ai la vieille board qui est un peu plus compliquée, que ça va s’arranger. Le temps de reprendre mes esprits, Thomas est déjà nettement plus bas. Je le rejoins avec quelques têtes pieds supplémentaire. En fait, ce qu’il se passe, c’est que dès que le carre mord la neige près de la spatule, celle-ci est tellement gluante qu’elle ne laisse plus la carre sortir et que le cambre de la board tire tout vers le fond et on se retrouve très vite coincé sous des kilos voir dizaines de kilos de neige lourde. Le seul moyen d’y échapper, c’est de rider en tail press permanent, pas facile avec une neige qui colle à la semelle.
On se dit qu’on va oublier de remonter et plutôt essayer de vérifier si ce qui se dit est vrai à propos de la possibilité de rejoindre la piste de fond vers 1300m, ce qui nous permettrait de finir par un retour à pied au parking. On descend donc tant bien que mal, avec quelques tête-pieds supplémentaires et finalement pas énormément de plaisir jusqu’à un chemin horizontal où on trouve plein de taces.
Nous parcourrons donc ce chemin sur toute sa longueur. Cul de sac des deux côtés. Toutes les traces remontent. La forêt en contre bas serait sans doute ridable par grosse poudre bien légère, mais c’est pentu et assez serré. Perso je dis que même si la pente est à 35° max, ça vaut bien du 3.3 à cause de la densité du machin. L’altimètre indique 1650. Il resterait donc pas loin de 300m de d- à faire dans ces conditions. Pas question de tenter ça avec la neige actuelle. Reprise du plan initial donc. Rechaussage des raquettes et remontée de cette combe Ouest, par ailleurs magnifique et qui vaut probablement très largement le détour par bonne neige.
Petite photo au passage à mi-hauteur, en face de la trouée qu’il faut reprendre pour récupérer le replat du petit lac:

On apperçoit au fond l’épaule Ouest de l’antécime N, ce qui donne une bonne idée de l’intérêt potentiel de cette pente par bonne neige.
Une fois au replat, je suis bien crevé: on a quand même plus de 700m de d+ dans les pates, + 300m d’une descente pas moins fatigante que la montée. Du coup je réagit même pas quand Thomas propose de traverser un peu plus vers le Nord pour prendre la combe pleine pente au lieu de se contenter de l’épaule en légère traversée peu pentue. Erreur: dans cette neige c’est vraiment pas simple. J’ai quand même la satifaction de passer le petit ressaut central en sautant les rhodos sans tomber (Youhou!).
La combe des vernes est bien foireuse, mais finalement plus facile car la neige a été tassée des jours précédent. Il faut cependant éviter les cailloux et racines, mais c’est presqu’une partie de plaisir, même si ça finit d’achever ma jambe arrière.
A partir de Pierre Roubet, alternance de portage et de ride sur courte section.
Bilan de la journée: 700m de d+, peu de plaisir de ride, mais la joie simple d’être en montagne dans la neige. En bonus une info que je suis content d’avoir vérifié: cette combe Ouest vaut probablement le détour par très bonne neige, et rend même l’itinéraire encore plus intéressant qu’il ne l’est déjà. Que ce soit en s’arrêtant à mi-hauteur (ce qui ne « coute » 100m de déniv à peu près), ou là où nous avons arrêté.
Du coup j’ai mis à jour le topo. et je me suis fait une promesse: promis, la prochaine fois que j’y vais, les conditions seront top… ou pas!

Au moins ça entraine, vous aurez la caisse pour les bons jours

Ouep, c’est ce que je me suis dit aussi: quitte a garder la forme pour en profiter sur des jours meilleurs, je prefere que ce soit comme ca plutot qu’enferme dans une salle de sport.

C’est vraiment pas des conditions de fainéant Bravo les mordus !

C’est toujours un réel plaisir de te lire QReuCk

Gros pari en effet…
C’est sur que si les prévisions météo avaient vu juste ca aurait pu le faire!!!

Ayant vu la pluie tomber aux Menuires tout le week-end j’étais pas sorti par manque de motiv…
La je reviens d’un petit tour sur Val Tho et j’ai été très étonné de voir qu’il y a 10-15cm de neige toujours bien fraiche en HP (globalement verglacé sur pistes), et que la neige du week-end précédent fait une bonne sous-couche, au final les conditions sont pas si pourries au dessus de 2200m !

Merci pour ce report toujours agréable à lire Quentin malgré des conditions bien moyennes. Perso, je ne ressors plus tant que ça retombe pas en quantité suffisante.
madcorp, étant aussi sur les 3Vallées la semaine du jour de l’an, sur tous les endroits où j’ai pu rider, seul Val tho s’en sors pas trop mal le reste

Meribel n’a rien a priori.
Courch il y a quelques spot qui étaient faisables mais ca a été vite tracé.
Menuires, sur secteur Masse 2 c’était bon ! Sur ce qui retombe sur la violette aussi mais ca touchait déjà plus.
D’après ce que j’ai vu le vallon du lou depuis cime caron était bon aussi.

Fallait chercher mais ca se trouvait

PAreil, Aux menuires ce jour pour le boulot, j’ai fait 3 descentes secteur mont de la chambre, et même si c’était pas la neige des grandes années, c’est ridable… par contre tant que le soleil n’a pas encore fait son effet ça reste verglacé et faut vraiment bien charger l’avant de la planche pour que ça découpe à partir de 14h, ça a été le bonheur la dernière descente (Dual 158 en plaques)

bon évidemment, ça manque de neige sur les pistes, mais là où tu dois bosser faut d’abord dégager 1,3mètre de neige

ouais mais pas très bandant comme itinéraire… depuis masse2 ça allait bien aussi et nettement plus intéressant … par contre à éviter depuis le départ de la Dame Blanche…