[Rando] Rocher du Baconnet

L’histoire de cette sortie commence… en octobre 2014.
Au printemps précédent, j’étais allé faire avec Rico le Baconnet et même si les conditions n’étaient pas top, j’avais trouvé l’itinéraire tout à fait sympathique.
En octobre 2014 donc, je découvre dans le programme collection automne-hiver de mon club d’escalade que le Baconnet est au programme pour mi-décembre. Cool, j’ai bien envie d’y retourner. La veille de la sortie, les webcams sont au vert. Un peu de neige est prévue dans la nuit, mais ça risque de pas être suffisant, d’autant que la limite pluie-neige est assez haute. Au final on se rabat sur le grand rocher, dans des conditions dantesques, et seulement à deux fautes d’autres candidats joueurs comme le président et moi.

La suite l’année suivante: le Baconnet est encore au programme pour mi-décembre. Dois-je vraiment vous rappeler à quoi ressemblaient les montagnes mi-décembre 2015? Rebelotte décembre 2016.

Cette année, quand j’ai vu le Baconnet au programme pour le 17 décembre, je me suis dis: « Et merde, encore un décembre sans neige ». Et puis en fait non, nous avons un mois de décembre de très belle tenue. Donc go pour la sortie, avec le président en chef des « écorcheurs de phoques », le Fanfoué qui encadrera les « joueurs de tennis », Chacha qui prend l’option tennis vu que ses problèmes de genoux lui interdisent pour l’instant le ski et Virginie, toujours en raquettes.
Vu qu’il a bien neigé, on pourra même partir du parking de l’église de Gresse. Et ça c’est cool, parce qu’en partant d’Uclaire/le Puit, c’est quand même un peu trop court.

Arrivé sur place, on se rend compte qu’on peut chausser dès le parking. Les 200m de route sont enneigés. La météo qui prévoyait un temps très nuageux c’est un peu trompé et nous auront droit à de belles éclaircies tout au long de la matinée.
Montée bien agréable dans les champs, puis courte section routière avant de rejoindre le parking du puit et de suivre l’itinéraire que je connais déjà jusqu’au sommet. Le vent a bien travaillé la neige et les crêtes sont complètement pelée. Avec ce vent du Nord ça n’a rien d’étonnant. Pas possible de sortir le casse-croute au sommet. Le temps de remonter le split et de me mettre à poil pour rajouter une couche thermique sous la veste, je suis déjà gelé. La pente est suffisamment raisonnable pour pouvoir viser les zones plus enneigées sans craindre de déclencher les nombreuses - mais innoffensives ici - plaques à vent de type friables. En revanche, les nombreux changements de densité posent quelques petits problèmes au président (je sens que je vais finir par réussir à la convertir, lui qui est un excellent snowboarder en plus d’un skieur de rando très correct - et alpiniste décent, à investir dans un split). Moi c’est simple, je me régale sur toute la pente sommitale.
Le chemin forestier est un peu plus compliqué: cette fois ça passe en glisse, mais c’est toujours aussi étroit et il faut bien profiter de chaque zone un peu plus large pour se ralentir. On attend les autres au parking de printemps, puis on attaque la descente de la partie basse qui permet également quelques bons virages, même si ça manque de sous-couche par endroit. Arrivée à la cloture qui impose de déchausser, je décide de remonter à pied jusqu’au sommet du champ pour profiter au mieux de cette belle pente.

Plus qu’à rejoindre la salle hors-sac de Gresse pour un bon pic-nic, puis le bar enfin ouvert « pour la prévention des courbatures ».

Quelques photos (tel portable, pas glop) pour tenter de vous faire profiter de cette belle lumière et des jolis paysages:

Top départ… sur la route:

Montée champètre:

On sort du bois:

Arrivée sur la crête:



La descente:


ca avait l’air d’etre une tres jolie petite sortie

ça devait être bien sympa cette sortie, à part sur la crête, les conditions d’enneigement étaient plutôt bonnes!!! merci pour le report

Et avec ce qui est tombé sur Grenoble aujourd’hui, j’imagine que là haut ça doit être trop bon!!!